L’autre jour, quelqu’un m’a demandé pourquoi je participais à cette campagne.

Après moult réflexions, je suis prêt à livrer ma réponse. Je le fais parce que je crois que la politique est un art. L’art du vivre-ensemble, de construire ensemble notre cadre de vie. C’est l’art de créer une communauté, avec des règles, des objectifs, des activités, du partage. L’art de souder un groupe de personnes que rien d’autre à part l’attachement territorial ne lie au premier abord.

Regardez la France : quels sont les points communs entre un alsacien et un basque ? Entre un normand et un parisien ? Entre un orléanais et un savoyard ? A priori, aucun. Leurs cadres de vie sont tous radicalement différents, leurs cultures sociales aussi. Et pourtant, tout ce beau monde est uni derrière un idéal commun : celui de la France.

Mais ça, c’est la vision idéale.

Malheureusement, la politique est trop souvent réduite à des magouilles, à des petits arrangements entre amis, loin de l’objectif noble qui est le sien à la base. On cherche plus à verrouiller la réélection qu’à faire des choix difficiles, on invente des projets grandiloquents pour se faire un nom alors qu’il n’y a pas assez de fonds pour nettoyer les rues. Ce tableau, beaucoup d’entre nous l’avons, mais je crois sincèrement que si l’on travaille ensemble, on peut construire la mairie de mes rêves.

La mairie de mes rêves, elle pense aux intérêts des habitants avant de penser à ceux des promoteurs : elle soumet les projets immobiliers au vote avant de les approuver.

La mairie de mes rêves, elle est constituée de citoyens locaux, qui ne sont pas des professionnels de la politique : ils ne cherchent pas un job, mais à faire le job.

La mairie de mes rêves, elle développe et coordonne le travail des associations, plutôt que de leur mettre des bâtons dans les roues : elle donne aux associations et au citoyen un pouvoir d’initiative pour créer eux-même le cadre juridique dont ils ont besoin.

La mairie de mes rêves, elle ne fait pas de communication. Elle fait, tout simplement, et pense que le résultat prouve le travail effectué, ou pas : elle n’alloue aucun budget à la communication, et redirige tout vers l’information des citoyens, pour leur donner les moyens de ses ambitions.

La mairie de mes rêves, elle est ouverte à tous : chacun peut y venir, se retrousser les manches et améliorer notre petit bout de France : tout citoyen peut participer aux réunions ou initier des projets.

La mairie de mes rêves, elle n’est pas élue pour prendre les décisions pendant six ans. Elle est élue pour mettre en place une méthode qui permettra aux citoyens de prendre eux-même les décisions : elle refuse le pouvoir et se borne à être un facilitateur.

La mairie de mes rêves, elle pense comme Rousseau que le pouvoir peut bien se transmettre, mais pas la volonté : elle ne prétendra pas parler au nom des citoyens, et cherchera toujours à faire en sorte qu’ils expriment leur volonté, et pas juste une fois tous les six ans.

Pourquoi je fais cette campagne alors ? Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait rêver, et j’ai envie d’accomplir mes rêves. Et je sais qu’au 18 en commun, ils pensent tous pareil.

Nicolas

 

Nicolas Husset

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *